Animation et formation

Nous vous offrons des animations et de la formation missionnaires que nous avons mises à votre disposition pour utiliser dans vos groupes et vos communautés respectives.

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir les toutes dernières nouvelles de nos oeuvres! Billets de blogue, nouvelles, vidéos et contenus exclusifs vous attendent à chaque mois!

Le Pape compte sur votre engagement

Contribuez au développement de l'Église en terre de mission, et apportez l'espoir du Christ.

Faire un don

Animation - 1

Animation avec la série vidéo Je suis Mission

 

  1. Faites écouter la vidéo à votre groupe.
  2. Partagez sur ce qui attire le plus votre attention sur la Mission.
  3. L’animateur partage les idées suivantes pour compléter :
  • La foi, c’est croire que nous existons pour Dieu.
  • Nous faisons tous partie d’une méga-histoire.
  • Dieu nous fait confiance et nous dit que nous sommes capables d’être meilleurs !
  • Dieu nous appelle à être co-créateurs, féconds, justes et créatifs.
  • Nous appartenons à un royaume grandissant (nous sommes le sel de la terre)
  • Nous avons le pouvoir d’être porteurs de Dieu.
  • Dieu vous aime et voit tout le potentiel en vous.
  • Allons à la rencontre de ce monde aimé de Dieu.
  • Dieu est toujours dans notre vie et nous sommes une terre sacrée.
  • Nous avons un témoignage unique à donner, car chacun a sa place.
  • Nous avons une place et une couleur à donner dans la mission d’évangélisation.
  • Ayez le courage de l’action missionnaire et allez-y !

 

  1. Texte biblique : 1 Jn 4, 14

« Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. »

  1. Prenez un moment de silence et méditez sur le texte en répondant aux questions suivantes :
  • Qu’est-ce que ce texte me dit sur la façon dont je suis mission ?
  • Que me dit ce texte sur ma façon d’être disciple-missionnaire ?
  1. Chants d’envoi en mission (au choix)

Aimons-nous

Allez, je vous envoie !

Pas n’importe quel amour,

L’amour c’est dans le cœur

  1. Dieu m’aime et j’ai du potentiel, alors que dois-je développer pour être en mission dans ma communauté ?
  2. Disons ensemble la prière du Notre Père
  3. Prière finale

Seigneur Jésus, toi qui nous as révélé l’insondable mystère de l’amour du Père
et de notre destinée éternelle, toi qui as donné ta vie pour nous sauver et faire de nous des enfants d’adoption,
toi qui es à l’origine et au terme de notre foi,
nous te bénissons et nous te supplions :
donne-nous la grâce de nous aimer sincèrement les uns les autres, de te mettre au cœur de nos vies et de bruler d’un grand zèle missionnaire.
Apprends-nous à nous laisser guider par l’Esprit-Saint, à aimer ce monde comme tu l’aimes et à y vivre les Béatitudes. Amen.

(Monseigneur Olivier de Germay, archevêque de Lyon)

Animation - 2

Animation avec la série vidéo Je suis Mission

 

Pistes et éléments de réponse de la part de Mgr Alain Faubert, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Montréal, dans ce deuxième épisode d’une série de quatre. 

Quelle Église le Christ nous a-t-il laissée en héritage ?

Elle est humaine, accueillante, bienveillante, dynamique, missionnaire et en continuel accueil d’une formation.

1. Écoutez la 2e vidéo de Je suis Mission et partagez sur ce qui attire le plus votre attention sur la Mission.
  • L’animateur partage les idées suivantes pour compléter :
  1. Une mission ad gentes.
  2. Une Église qui a reçu la mission d’évangéliser.
  3. Une Église présente pour les autres.
  4. Nous ne devons pas nous croire les auteurs de la Mission.
  5. Il ne faut pas penser que nous devons répondre à toutes les questions des autres.
  6. Écoute formatrice des expériences des autres.
  7. Être branchés à Dieu par la prière.
  8. Avoir un esprit de service et Dieu donnera la croissance.
  9. Nous devons nous former pour entrer en relation avec le vrai Dieu.
  10. Accepter la différence des autres.
  11. L’Évangile est un appel à l’amour et à la confiance.
  12. L’Église est encore en train de se faire et de se renouveler par l’Esprit.
  13. Dieu nous demande d’aller à la rencontre de toute son humanité.

 

2. Choix d’un thème pour la réflexion

           « Vous serez mes témoins » (Ac 1, 8)

« Appelle ses serviteurs pour leur confier ses biens » (Mt 25, 14)

Mère Église : retrouve ta fécondité dans la joie de la Mission !

« Dieu aime celui qui donne joyeusement » (2 Co 9, 7) ; il aime une Église en sortie. Mais faisons attention : si elle n’est pas en sortie, elle n’est pas Église. L’Église est pour la route, l’Église marche. Une Église en sortie, missionnaire, c’est une Église qui ne perd pas de temps à déplorer les choses qui ne vont pas bien, le manque de fidèles, les valeurs d’autrefois qui n’existent plus. C’est une Église qui ne cherche pas des oasis protégées pour être tranquille ; elle ne cherche qu’à être sel de la terre et levain pour le monde. Cette Église sait que c’est sa force, la force même de Jésus : non pas l’importance sociale ou institutionnelle, mais l’amour humble et gratuit.

  • Ta mission dans le Christ

« Le Seigneur l’accomplira même au milieu de tes erreurs et de tes mauvaises passes, pourvu que tu n’abandonnes pas le chemin de l’amour et que tu sois toujours ouvert à son action surnaturelle qui purifie et illumine » (exhortation apostolique Gaudete et exsultate du pape François, №24)

  1. Questions à répondre
  • Quels sont les appels lancés par le Pape pour notre vie de disciples-missionnaires ?
  • Vers quelle périphérie est-ce que je voudrais aller témoigner de la Bonne Nouvelle dans le prochain mois ?
  1. Temps de silence
  2. Prière spontanée à la suite de notre rencontre
  3. Conclusion : Prière du Mois missionnaire extraordinaire 2019

« Dieu notre Père,
ton Fils Unique Jésus-Christ,
ressuscité d’entre les morts,
à confié à ses disciples sa mission :
“Allez ! De toutes les nations faites des disciples”. (Mt 28, 19)
Tu nous rappelles que par le baptême,
nous participons tous à la mission de l’Église.
Par le don de ton Esprit-Saint, accorde-nous la grâce
d’être témoins de l’Évangile,
courageux et ardents,
pour que la mission confiée à l’Église,
soit poursuivie en trouvant des expressions nouvelles et efficaces
qui apportent la vie et la lumière au monde.
Aide-nous à faire en sorte que tous les peuples
puissent rencontrer l’amour sauveur et la miséricorde
de Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu,
qui vit et règne avec toi, dans l’unité du Saint-Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles. Amen. »

(Prière du pape François)

  1. Chant d’envoi en mission (au choix)

 

Animation - 3

Animation avec la série vidéo Je suis Mission

 

Pour Mgr Alain Faubert, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Montréal, chaque personne, quel que soit son état de vie, peut contribuer à la grande mosaïque missionnaire.

« VOUS SEREZ MES TÉMOINS » (AC 1, 8)

  1. Écoutez la 3e vidéo de Je suis Mission
  2. Partagez sur ce que vous avez retenu sur ce que qui est dit de la Mission :

L’animateur peut faire une synthèse aidée de cette liste :

Vous serez reconnus comme témoins par :

  • Votre contribution à la Mission.
  • Votre engagement en faveur de la Mission.
  • L’originalité dans la Mission.
  • L’engagement basé sur vos talents.
  • Votre rôle dans la tâche d’évangélisation, qui n’est pas l’affaire de spécialistes.
  • Des gestes d’amour et la foi en actions (ex.: Voyez comme ils s’aiment)
  • Votre capacité de mettre les charismes ensemble.
  • La façon dont vous vivez vos rassemblements.
  • L’acte de savoir libérer la Mission de nos préoccupations externes.
  • Votre capacité à apprendre ensemble.
  • Vos manières d’être qui révèle votre relation avec le Christ.

 

  1. Activité

Trouvez les citations bibliques suivantes qui parlent du témoignage ou des témoins du Christ.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 14, 5-9.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 28, 18-20

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13, 34-35

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25, 31-40

Livre des Actes des apôtres 5, 27b-32.40b-41.

  1. Choisissez l’un des textes.

Dites-nous comment ce texte particulier vous interpelle ?

  1. Lecture du Message du Pape pour la Journée mondiale des missions 2022 (première partie)
  2. Actions missionnaires
  3. Quel petit geste ferez-vous pendant le Mois missionnaire 2022 pour aider à évangéliser dans votre milieu et ainsi être en mission ?
  4. Quelles manières d’être ensemble pouvons-nous privilégier pour évangéliser ?
  5. Quels talents vais-je développer et mettre au service de la Mission ?
  6. Prière missionnaire (P. Yoland Ouellet, o.m.i., OPM Canada francophone)

Fais de nous tes témoins

Par ta Bonne Nouvelle annoncée,
par ta Parole méditée en nos cœurs,
par ton Évangile vécu dans nos vies.
— Fais de nous tes témoins !

Par ton Esprit qui nous fortifie,
par ta Lumière qui guide nos pas,
par ton Feu d’amour intérieur.
— Fais de nous tes témoins !

Par le ministère des catéchistes,
par tes disciples-missionnaires,
par tes prêtres offrant ton Corps, ton Sang.
— Fais de nous tes témoins !

Par ton Église en sortie et envoyée,
rassembler toutes les nations,
partager ta mission de fraternité.
— Fais de nous tes témoins !

  1. Chants d’envoi en mission (au choix)

Animation - 4

Animation avec la série vidéo Je suis Mission

 

Monseigneur Alain Faubert nous invite…

  • À la conversion missionnaire.
  • À garder l’expérience de foi du passé.
  • À accepter la nouveauté.
  • À nous rappeler que la Mission s’accomplie en tout temps et non seulement lors de moments spéciaux.
  • À être connectés sur le désir de Dieu.
  • À suivre le modèle de Marie qui s’est lancée dans la Mission sans tout savoir.
  • À partager le flambeau missionnaire.
  • À faire la place à tous et toutes dans la Mission.
  • À savoir que la Mission est une Personne.

 

  1. Suite à l’écoute de la vidéo, arrêtons-nous sur Marie :

Marie, porteuse d’un trésor

Marie, modèle dans son humilité et son audace.

Marie accueille Jésus par son « oui ».

Marie a dit « oui » en s’abandonnant au Seigneur et en lui faisant confiance.

Le « oui » de Marie : une invitation à la générosité.

Marie, femme de l’écoute.

Marie, une femme ouverte et disponible pour la Mission.

Marie, disciple-missionnaire qui nous conduit au Christ.

Marie, la servante du Seigneur.

Marie, la Mère de l’Église évangélisatrice.

  1. Marie, disciple-missionnaire

Passages bibliques à lire :

L’Annonciation (Luc 1, 26-38)

La Visitation de la Vierge Marie (Luc 1, 39-45)

« Marie méditait toutes ces choses en son cœur » (Luc 2,19-51)

Marie est attentive aux faits, aux problèmes (Jean 2,1-11)

  1. Questions pour aider à la réflexion
  • Quels moments de la vie de Marie attirent votre attention et vous inspirent à collaborer à la mission d’évangéliser ?
  • Quelles qualités de Marie peuvent nous aider dans le projet d’évangélisation de notre communauté ?

 

  1. Prière : une dizaine d’Ave Maria
  • Pour que Marie nous guide dans la Mission et pour que nous mettions nos pas dans ses pas sur le chemin des disciples-missionnaires, prions une dizaine d’Ave Maria.

 

  1. Prière de conclusion (au choix)

Notre-Dame de la Mission

Marie, par ton « oui » à l’Annonciation,
Dieu envoie son Fils habiter notre humanité !
Comblée de grâce,
tu es partie en toute hâte en visitation, porteuse de la Mission.
Mère de tous les disciples-missionnaires,
écoute notre prière.
Fais-nous découvrir notre appel afin d’y répondre : «Me voici!»
Guidés par l’Esprit, envoyés par Jésus-Christ,
nous annoncerons la Bonne Nouvelle à toute la Création,
avec ton aide, ô, Notre-Dame de la Mission.

Amen.

Yoland Ouellet, o.m.i

Prière du Mois missionnaire 2018

Prions le Seigneur qui veut qu’avec les jeunes, nous apportions l’Évangile à tous :

Tu nous appelles à apporter ta Bonne Nouvelle
à toutes les nations, dans toutes les situations !
Avec toi, nous sortons de nos églises, de nos maisons.
Avec les jeunes, leurs rêves et leurs questions,
nous avons à cœur ta Mission.

Tous ensemble, nous construirons une terre nouvelle,
plus juste, plus solidaire, plus fraternelle.
Nous tisserons des relations marquées par la confiance,
le partage, l’ouverture aux autres.

Nous n’élèverons plus des murs de division,
mais nous construirons des ponts pour former
ta grande famille humaine !

Amen !

  1. Chants à Marie (au choix)

La première en chemin

Magnificat

L’Annonce

Ô Marie

  1. Consécration à Marie

Centenaire des apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie à Cova da Iria

Salut, Mère de Miséricorde,
Dame au manteau blanc !
En ce lieu où tu as montré à tous, les desseins
de la Miséricorde de notre Dieu,
au plus profond de ton être,
en ton Cœur Immaculé,
vois les joies de l’être humain
lorsqu’il est en pèlerinage vers la Patrie céleste.

Au plus profond de ton être,
en ton Cœur Immaculé,
vois les douleurs de la famille humaine
qui gémit et pleure dans cette vallée de larmes.
Par ton sourire virginal,
affermis la joie de l’Église du Christ.

Par ton regard de douceur,
renforce l’espérance des enfants de Dieu.

Par les mains orantes que tu élèves vers le Seigneur,
unis tous les hommes dans une unique famille humaine.

Vierge Marie, Reine du Rosaire,
tu es l’image de l’Église vêtue de la lumière pascale,
tu es l’honneur de notre peuple,
tu es le triomphe sur l’assaut du mal.

Prophétie de l’Amour miséricordieux du Père,
Maîtresse de l’Annonce de la Bonne Nouvelle du Fils,
Signe du Feu ardent de l’Esprit saint,
enseigne-nous, dans cette vallée de joies et de douleurs,
les vérités éternelles que le Père révèle aux tout-petits.

Montre-nous la force de ton manteau protecteur.
En ton Cœur Immaculé, sois le refuge des pécheurs
et le chemin qui conduit à Dieu.

Dans la Foi, dans l’Espérance et dans l’Amour,
je me confie à toi.
Uni à mes frères, par toi, je me consacre à Dieu,
ô Vierge du Rosaire !

(Extrait de la prière du pape François au sanctuaire de Notre-Dame de Fatima, le 13 mai 2017)

Formation - 1

Formation missionnaire autour du livre des Actes des Apôtres

« Vous serez mes témoins » (Actes 1, 8)

1. Objectifs

A) Découvrir comment le disciple sait donner toute sa vie et la jouer jusqu’au martyre comme témoin de Jésus-Christ, et comment son objectif est que la Parole, qu’il ne peut manquer de proclamer et de partager, soit accueillie et manifeste son pouvoir libérateur et rénovateur.

B) Comprendre que tous les baptisés sont appelés à témoigner d’une appartenance évangélisatrice de manière toujours nouvelle et en communauté, car il est nécessaire de proclamer le Kérygme puisque personne n’est étranger, personne ne peut se sentir étranger ou éloigné de l’amour attachant de Dieu.

C) Intérioriser que le témoignage de communautés authentiquement fraternelles et réconciliées est toujours une lumière qui attire et pousse à la mission, même si cela implique parfois des sacrifices et des incompréhensions.

D) Apprécier comment nous sommes tous appelés à offrir aux autres le témoignage explicite de l’amour salvateur du Seigneur, qui au-delà de nos imperfections nous offre sa proximité, sa Parole, sa force, et donne un sens à notre vie, nous poussant à transformer tous les inconvénients, contradictions et difficultés en une opportunité de mission.

E) Relever le défi urgent de la mission de compassion, en tenant compte du fait que chaque portion du peuple de Dieu, en traduisant dans sa vie le don du salut offert par Dieu selon son propre génie, témoigne de la foi reçue et l’enrichit d’expressions nouvelles et éloquentes.

2. Prière

Jésus, l’expérience de la communauté chrétienne primitive révèle à nos yeux que dans la vie chrétienne, le témoignage communautaire de la foi, de l’espérance et de la charité va de pair et est inséparable. Apprends-nous, selon l’exemple rapporté par Luc dans le livre des Actes des Apôtres, que notre témoignage dans le monde et la société d’aujourd’hui sera plus authentique et plus efficace si, grâce au dynamisme évangélisateur de ton Esprit saint, nous comprenons que le chemin vers la communion et l’unité exige de nous tous une foi plus vive, une espérance plus ferme et une charité qui est vraiment l’inspiration la plus profonde qui nourrit nos relations mutuelles, notre fraternité, notre accueil et notre rayonnement missionnaire. Fais-nous comprendre que le but de l’unité entre tous les disciples du Christ, même s’il ne semble pas immédiat, exige que nous témoignions entre nous et au-delà de nous de la charité à tous les niveaux, qu’il n’y a pas de lieu ni de moment où le témoignage d’amour, de foi et d’espérance, selon le modèle de celui de notre maître, le Christ, soit superflu.

Jésus, témoigner de ta résurrection implique d’être audacieux et simple en parlant de la joie de l’Évangile, de la joie de te suivre, et cela implique aussi de vivre selon ton mode de vie, sans oublier que notre cœur et le cœur de tous ceux à qui notre témoignage est adressé sont créés pour toi, et qu’ils seront sans repos jusqu’à ce qu’ils se reposent en lui. Nous savons que très souvent le témoignage de l’Église, qui va et ira toujours à contre-courant, est mal interprété comme quelque chose d’arriéré et de négatif dans la société actuelle.

Comprenons donc que ce qui est vraiment important, c’est le Kérygme, la proclamation de la Bonne Nouvelle, le message de l’Évangile qui donne la vie et la donne en abondance. En effet, s’il est nécessaire de dénoncer avec force les maux qui nous menacent, il faut corriger l’idée que le catholicisme n’est rien d’autre qu’une série d’interdictions. Il faut donc une catéchèse solide et une formation attentive du cœur, qui fassent comprendre que tu es ressuscité, que la mort a été détruite, que la vie est éternelle, que le Père attend à bras ouverts et que l’Esprit saint a été répandu dans nos cœurs.

Jésus, aujourd’hui, comme au temps des Apôtres et comme toujours, il y a un grand besoin d’une capacité renouvelée de témoigner de l’amour pour nos frères et sœurs avec un cœur rempli de l’expérience de l’amour de Dieu, nous devons donc être prêts à oser vivre l’amour dans nos familles, dans nos relations avec nos amis et avec ceux qui nous ont offensés. Nous devons être prêts à influencer, avec un témoignage authentiquement chrétien, dans les domaines de l’étude et du travail, à nous engager dans les communautés paroissiales, dans les groupes et dans tous les domaines de la société. Il s’agit déjà d’un témoignage très fort et d’une forme d’annonce, d’un Kérygme : vivre réellement avec tous, sans exception ni discrimination, l’amour du prochain, reconnaître en chacun notre prochain, afin qu’ils puissent voir que notre amour du prochain est dirigé vers chacun d’eux.

Si cela se produit, nous pourrons témoigner et présenter plus facilement la source de notre comportement, c’est-à-dire expliquer que l’amour du prochain est une manifestation de notre foi vivante, de notre ferme espérance et de notre authentique charité qui découle du mystère trinitaire du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen

3. Texte : Actes 4, 32-35

La multitude des croyants était d’un seul cœur et d’une seule âme. Personne ne prétendait avoir ses propres biens, mais ils avaient toutes les choses en commun. Les apôtres ont témoigné avec une grande puissance de la résurrection du Seigneur Jésus, et ils étaient bien considérés par tous. Il n’y avait pas un seul indigent parmi eux, car tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, prenaient le produit de la vente et le mettaient à la disposition des apôtres, afin qu’ils le distribuent selon les besoins de chacun.

4. Développement du thème

Le témoignage des écrits sacrés dans la vie de la communauté chrétienne. Le témoignage du transcendant est une réalité complexe, il est à la fois une narration de faits historiques réels et une confession de foi. Le témoignage du

Nouveau Testament est basé sur des faits historiques. Si la foi en Jésus-Christ sauve, c’est parce qu’il est vraiment ressuscité. Le but des auteurs sacrés est de refléter des événements qui se sont réellement produits.

Cette historicité consiste en une référence véridique à des événements réels, bien que ces événements aient pu être façonnés narrativement par l’écrivain sacré ou par la ou les traditions qui l’ont précédé.

Le témoignage biblique ne se contente pas d’affirmer des faits historiques : sa finalité réside dans la signification salvifique de ces faits dans lesquels le Dieu transcendant est intervenu. Cet aspect est visible au début de 1 Jn 1, 1-3 : «Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, car la vie a été manifestée, nous l’avons vue, nous en témoignons et nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée! Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons aussi».

Le témoignage ecclésial dans les Actes des Apôtres

Le témoignage est un concept récurrent dans les Actes : il apparaît 34 fois. Le thème de l’œuvre de Luc est la propagation du témoignage chrétien, selon la déclaration programmatique de Jésus en 1, 8 : « Vous serez mes témoins… » Les

Actes réalisent ce que nous pourrions appeler une « concentration testimoniale » de la mission ecclésiale : la tâche de la communauté chrétienne est concentrée sur le témoignage du Christ ressuscité.

Son témoignage qui inclut les œuvres de l’amour fraternel (cf. Ac 2, 47 ; 4, 32-35), mais qui se manifeste particulièrement dans la parole qui révèle le sens de ces œuvres ; l’abondance des discours dans les Actes est une conséquence de cette réalité.

Le témoignage de la communauté des Actes

Le témoignage de la communauté des Actes se déroule dans un contexte de persécution, cet élément n’est pas quelque chose de circonstanciel, mais une caractéristique quasi constitutive de l’Église. Au témoignage extérieur des apôtres, avec leurs paroles et leurs actions, répond dans le cœur des croyants le témoignage intérieur de l’Esprit, qui rend possible l’assentiment de la foi à cette parole de témoignage.

L’Église de Jésus a témoigné du royaume de Dieu jusqu’aux extrémités de la terre, représenté par Rome, la capitale de l’empire. Mais ce Royaume est équivalent à « ce qui concerne le Seigneur Jésus-Christ » : celui qui l’avait prêché en est maintenant le contenu.

Luc n’utilise plus le concept de « témoin » pour le témoignage des choses, mais spécifiquement pour les témoins du Ressuscité, qui avec cette qualification reçoivent légitimement la mission d’être ses témoins parmi le peuple. Il est clair ici que leur chemin de témoins sera un chemin de rejet, un chemin de souffrance et peut-être de mort (voir le cycle d’Étienne Actes 6, 8-8, 3), mais il est également clair que ce chemin n’est pas encore caractérisé par la conception ultérieure du martyre, du témoignage du sang, mais précisément par la proclamation absolue et non falsifiée du Kérygme, du message du Christ ressuscité.

5. Questions pour le dialogue

À partir de ce que nous avons réfléchi et médité, répondons :

  • Quelle est la place réelle du témoignage personnel et ecclésial de la Bonne Nouvelle de Dieu dans le processus d’évangélisation de nos communautés chrétiennes (kérygme, catéchèse, mystagogie) ?
  • Comment nous intégrons-nous dans l’« action missionnaire » universelle (témoins du Kérygme) de l’Église (ad gentes) à partir de son « action pastorale » (disciples), en donnant notre précieux témoignage de foi vivante, d’espérance ferme et de charité authentique à partir de la vie de notre diocèse et de notre paroisse ?
  • Face au défi du témoignage-annonce de l’Évangile, comment répondre à cette « urgence » à partir de la conscience qui émerge des Actes des Apôtres que ce témoignage est comme une onde de choc qui atteint tous les peuples (Actes 1, 8) même dans le sillage de la persécution ?
  • Comment le témoignage-annonce de l’Évangile atteint-il les groupes de personnes nombreux et variés qui englobent non seulement la communauté ecclésiale, mais surtout la société avec son engagement public, c’est-à-dire la transformation du monde ?
  • Quels éléments pouvons-nous énumérer qui révèlent que le meilleur témoignage du Christ, la meilleure proclamation de sa résurrection d’entre les morts, est toujours la vie authentique des chrétiens ?

 

6. S’engager à relever le défi de la Mission

La Parole de Dieu et le magistère de l’Église ont éclairé notre réflexion. Il est temps de prendre des engagements en phase avec le DÉFI MISSIONNAIRE de notre époque.

Nous notons les actions qui sont à notre portée et que nous nous engageons à réaliser.

7. Prière

Chaque groupe, sur la base de ce qui a été partagé, expérimenté et suscité par l’Esprit saint dans la rencontre d’aujourd’hui, écrira une prière qui résume et assume dans la vie quotidienne ce dont l’Esprit veut interpeller la communauté ecclésiale à témoigner.

8. Contemplation

« Bien sûr, nous sommes tous appelés à grandir en tant qu’évangélisateurs. Nous aspirons en même temps à une meilleure formation, à un approfondissement de notre amour et à un témoignage plus clair de l’Évangile. En ce sens, nous devons tous nous laisser évangéliser constamment par les autres ; mais cela ne signifie pas que nous devons reporter la mission d’évangélisation, mais plutôt que nous trouvons la manière de communiquer Jésus qui correspond à la situation dans laquelle nous nous trouvons. De toute façon, nous sommes tous appelés à offrir aux autres le témoignage explicite de l’amour salvateur du Seigneur, qui, au-delà de nos imperfections, nous offre sa proximité, sa Parole, sa force, et donne un sens à notre vie. Votre cœur sait que la vie n’est pas la même sans lui, alors ce que vous avez découvert, ce qui vous aide à vivre et vous donne de l’espoir, est ce que vous devez communiquer aux autres. Notre imperfection ne doit pas être une excuse ; au contraire, la mission est un stimulant constant pour ne pas rester dans la médiocrité et continuer à grandir. Le témoignage de foi que tout chrétien est appelé à offrir implique de dire comme saint Paul : “Non pas que j’aie déjà obtenu ou que je sois déjà parfait, mais je me hâte […] et je me hâte vers ce qui m’attend” (Ph 3, 12-13). “ (Pape François : EG № 121). »

 

(Source : Itinéraire biblique missionnaire vers le CAM6, Porto Rico 2024)

 

 

Formation - 2

Formation missionnaire autour du livre des Actes des Apôtres

« Les adeptes du Chemin (hodos) » (Actes 9, 2)

1. Objectifs

A) Intérioriser la richesse spirituelle du terme chemin et son impact sur la Nouvelle évangélisation.

B) Reconnaître l’identité première et fondamentale des premiers chrétiens, avec les mêmes textes sacrés fondateurs.

C) Distinguer les chemins qui ouvrent de nouveaux horizons et ceux qui entravent l’action de l’Esprit-Saint dans l’Église.

2. Prière

Christ, notre frère : Tu es Chemin, Lumière et Vie. Guide-nous dans notre voyage. Ouvre nos yeux à la vie, afin que nous choisissions les chemins qui mènent à ton cœur et au cœur de nos frères et sœurs avec lesquels nous voulons partager la joie de notre rencontre avec le Ressuscité. Alors que nous nous mettons en route vers le CAM 6, nous te demandons de diriger nos pas, afin que nous soyons des témoins de l’Évangile de la vie. Donne-nous un cœur doux et humble comme le tien. Puissions-nous comprendre, aimer et servir nos frères et sœurs de mieux en mieux. Qu’il n’y ait pas de mensonges sur nos lèvres. Puissions-nous toujours rechercher la vérité. Puissions-nous fuir la tentation. Que notre amitié avec toi ne soit jamais brisée.

Fais de nous des apôtres, afin que nous puissions éclairer nos frères et sœurs de la même lumière que nous recevons de toi, Jésus, pour les aimer comme tu nous aimes, pour les servir comme tu nous as servis. Apprends-nous à pardonner à ceux qui nous ont offensés, afin que le Père nous pardonne aussi. Puissions-nous être des témoins fidèles de toi, afin que quiconque nous voit puisse te voir, toi, le Chemin, la Vérité et la Vie pour toute l’humanité. Que le Père soit satisfait de nous parce que nous devenons comme toi. Accorde-nous de te servir fidèlement en ce temps où nous sommes appelés à une évangélisation non pas tant en paroles, mais plutôt en actes. Garde-nous dans ta grâce. Sois notre refuge et notre soutien. Que toutes nos pensées, nos paroles et nos actes soient pour toi, afin que nous soyons des adeptes du CHEMIN.

C’est pourquoi aujourd’hui, je te redonne personnellement mes mains pour faire ton travail.

Je te donne mes pieds pour marcher sur ton chemin.

Je te donne mes yeux pour que je puisse voir comme tu vois.

Je te donne ma bouche pour prononcer tes paroles.

Je te donne mon esprit pour que tu penses par moi.

Je te donne mon esprit pour que tu pries en moi.

Je te donne mon cœur, afin que tu aimes en moi le Père, et toute l’Humanité.

Je te donne toute ma personne, pour que tu grandisses en moi, afin que ce soit toi, Jésus notre Seigneur, qui vive, agisse et prie en moi.

Amen.

3. Texte : Actes 19, 8-10

« Paul se rendit alors à la synagogue et pendant trois mois, il prêcha ouvertement, parlant du royaume de Dieu et essayant de persuader les auditeurs. Mais comme certains s’obstinaient et refusaient de croire, dénigrant la voie du Seigneur devant l’assemblée, Paul rompit avec eux. Puis il prit ses disciples à part et tint un dialogue quotidien dans l’école de Tyrannus. Il fit cela pendant deux ans, de sorte que tous les habitants de la province d’Asie, Juifs et païens, eurent l’occasion d’entendre la parole du Seigneur. »

4. Développement du thème

a) Structure d’Actes 19,8-10

Dans ce récit, nous avons une histoire d’ensemble composée de trois séquences. La séquence 4 propose un complément.

Séquence 1

Pendant trois mois, il fréquenta la synagogue ; là, il parla du Royaume de Dieu avec beaucoup de courage et de persuasion.

Séquence 2

Mais comme certains ont résisté et, ne voulant pas croire, ils ont dit du mal de la VOIE devant le public,

Séquence 3

Il rompit avec eux et forma un groupe séparé avec les disciples, et discuta tous les jours à l’école de Tyrannus.

Séquence 4

Cela dura deux ans, de sorte que tous les habitants de la province d’Asie, Juifs et païens, entendirent la parole du Seigneur.

b) Le texte

Paul fréquente la synagogue. La synagogue est le centre de prière et d’enseignement des Juifs. Les Grecs qui craignent Dieu ne sont pas mentionnés en tant que tels ; ils sont censés être les convertis de l’hellénisme au baptême de Jean (cf. Ac 19, 1-7). En tant que centre d’apprentissage, la synagogue peut être visitée tous les jours. Comme nous l’avons vu dans la réunion précédente, parler avec courage (parrhésie) est l’une des principales caractéristiques de l’apôtre rempli du Saint-Esprit. « Courage » signifie à la fois exprimer ses propres idées de manière décisive et critiquer l’opinion de la majorité ou de la minorité prédominante. Dans ce que les apôtres ont fait, tel qu’il est décrit dans le premier livre (cf. Ac 1, 3), Paul voit l’accomplissement de la mission de proclamer le royaume de Dieu donnée par le Ressuscité.

Au verset 9, nous trouvons le point central. Il y a ici une division entre les auditeurs juifs et les auditeurs grecs. Un groupe montre l’endurcissement qui, selon le prophète Isaïe, pèse sur Israël depuis le temps des Rois (Is 6, 9 en Lc 8, 10). La volonté de Dieu, qui se manifeste dans son royaume, qui a déjà commencé, n’est pas respectée.

En tant que nouvel état de fait, ils disqualifient aux yeux des autres auditeurs le « chemin » que Paul indique comme menant au royaume de Dieu.

Face à cet endurcissement, Paul change de géographie, s’éloigne d’eux, rassemble ses disciples et se rend avec eux à l’école de Tyrannus, qui était un philosophe ou un professeur de rhétorique. Tyrannus possédait peut-être une maison au centre de la ville, avec une grande salle (triclinium), comme il était d’usage, ou bien il avait loué une salle dans un bâtiment public. Là, Paul continue à instruire son nouveau public sous la forme d’un dialogue.

Il en résulte un succès écrasant (v. 10), comme dans l’enseignement de Jésus.

En entendant la Parole du Seigneur, les habitants de la province d’Asie, tant la minorité juive que la majorité grecque, sont contraints de prendre une décision (cf. Ac 4, 4).

Il est important de noter que tout le récit qui suit est marqué par la méthode grecque d’enseignement aux adultes. Paul élabore la doctrine juive de Jésus sur le royaume de Dieu par le biais d’un dialogue philosophique en catégories grecques, de telle sorte qu’il place tous les habitants de la province d’Asie dans la situation de devoir prendre une décision de foi.

Une étape fondamentale de l’Évangélisation a été la désignation du mouvement de Jésus comme un « chemin ». Lucien utilise ce terme dans son dialogue Hermotimus ou la question des sectes philosophiques : « Pouvez-vous me donner le nom de quelqu’un qui a essayé toutes les voies (hodos) de la philosophie, qui sait ce que Pythagore, Platon, Aristote, Épicure et d’autres ont dit, et qui, en conclusion, a choisi l’une d’entre elles, a testé son degré de vérité, et ce faisant, a appris que c’est la seule voie qui mène immédiatement au bonheur (eudaimonia) ? Si nous en trouvions un tel, nous mettrions fin à toute recherche » (Lucius Hermotimus, 46).

Quelques textes

Actes 9, 2

« Et il lui demanda des lettres aux synagogues de Damas, afin d’obtenir la permission d’amener à Jérusalem, comme prisonniers, tous les hommes ou femmes qu’il trouverait, adeptes de la Voie. »

Actes 18, 24-26

« Un juif nommé Apollos, originaire d’Alexandrie, était venu à Éphèse. C’était un homme éloquent et bien versé dans les Écritures. Il avait été initié à la Voie du Seigneur et, plein de ferveur, il exposait et enseignait avec exactitude sur Jésus, bien qu’il ne connût aucun autre baptême que celui de Jean. Il commença à parler de manière décisive dans la synagogue. Il a commencé à parler de manière décisive dans la synagogue. Après l’avoir entendu, Priscille et Aquila le prirent avec eux et lui expliquèrent plus exactement le Chemin de Dieu. »

Actes 19, 9

« Mais comme certains s’obstinaient et ne voulaient pas se laisser convaincre, et qu’ils disaient du mal du Chemin devant le peuple, il rompit avec eux et forma un groupe séparé avec les disciples. »

Actes 19, 23

« À ce moment-là, il n’y avait pas de petite agitation sur la route. »

Actes 22, 4

« J’ai poursuivi cette voie jusqu’à la mort, enchaînant et emprisonnant des hommes et des femmes. »

Actes 24, 14

« En revanche, je vous avoue que, selon la Voie, qu’ils appellent une secte, j’adore le Dieu de mes ancêtres, je crois en tout ce qui est écrit dans la Loi et les Prophètes. » 

5. Questions pour le dialogue

La locution « adeptes de la voie » définit l’identité des chrétiens ; (la communauté de Qumran se reconnaissait aussi comme « la voie »). La désignation des chrétiens comme « disciples du chemin » est très ancienne (Actes 18, 25, 26 ; 19, 9, 23 ; 22,4 ; 24, 14, 22), tout comme la reconnaissance des chrétiens comme « disciples » (Actes 6,1 ; 9,1) et « saints » (Actes 9, 13, 32) est également ancienne.

  • Comment est-ce que je me perçois dans ma relation avec Dieu et mes frères et sœurs ? Sommes-nous aussi « ceux qui sont sur la route » ?
  • Face aux refus que nous rencontrons dans l’annonce de l’Évangile, quelle attitude dois-je adopter ? Est-ce que je me décourage et j’abandonne ?
  • Que nous pousse à faire le témoignage des premiers chrétiens ?
  • La foi chrétienne n’embrasse pas seulement un comportement moral, mais elle centre la vie humaine sur la personne de Jésus. Seule la foi dans le Ressuscité peut transformer l’espérance en un amour qui transforme l’histoire.

Notre foi et notre identité sont-elles centrées sur Jésus? Quelles sont les images de Jésus les plus évidentes?

  • Le Royaume de Dieu ne peut être proclamé que dans le dialogue. Prêcher des formules anciennes et incompréhensibles ne permet pas d’atteindre les destinataires. Ce n’est que lorsque l’auditeur entre dans le dialogue qu’un processus d’apprentissage et de foi se met en place.

Sommes-nous ouverts au dialogue avec ceux qui ne sont «pas des nôtres»?

  • L’évangélisation échoue dès que les règles de l’enseignement dialogique sont violées. D’autre part, la manière chrétienne de dialoguer a fait impression dans la province la plus avancée culturellement de l’Empire romain.

Quels moyens pourraient être mis en œuvre aujourd’hui pour un dialogue évangélisateur avec ceux qui en sont le plus éloignés?

Savons-nous écouter, ouvrir notre cœur et ne pas juger

6. S’engager à relever le défi de la Mission

Aujourd’hui, nous avons besoin d’une formation spirituelle et académique qui nous permette de partager et d’argumenter notre foi avec ceux qui croient en d’autres postulats que les nôtres. Mais nous avons surtout besoin d’une cohérence de vie entre ce que nous croyons, ce que nous célébrons, ce que nous vivons et ce que nous proclamons : c’est le grand défi missionnaire.

Que pouvez-vous écrire pour vous engager dans la mission?

  1. Prière

Chaque groupe, sur la base de ce qui a été partagé, expérimenté et suscité par l’Esprit saint dans la rencontre d’aujourd’hui, écrira une prière qui résume et assume dans la vie quotidienne ce dont l’Esprit veut interpeller la communauté ecclésiale à témoigner.

  1. Contemplation

La rencontre avec Jésus sur le chemin d’Emmaüs et la fraction du pain ont ouvert les « yeux de l’âme » des disciples, qui ont pu contempler le visage du Vivant derrière l’image du voyageur. Ce n’est que lorsque les « yeux de l’âme » se sont éclaircis que les disciples ont changé de chemin : ils ont quitté la route d’Emmaüs pour retourner à Jérusalem à la rencontre des onze (Lc 24, 33-35)

(Source : Itinéraire biblique missionnaire vers le CAM6, Porto Rico 2024)