LES JÉSUITES (S.J.)

 Source de l’image:  missionsaintjeandebrebeuf.com 

De gauche à droite: Jean de la Lande, Charles Garnier, Noël Chabanel, Gabriel Lalemant, Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, Antoine Daniel, René Goupil.

Fondation jusqu’à aujourd’hui

L’ordre religieux de la Compagnie de Jésus, ou compagnons de Jésus, est fondé à Paris en 1534 par *Saint Ignatius Loyola et est approuvé par l’Église en 1537. Le nom de Jésuites signifie « ceux qui évoquent fréquemment le nom de Jésus ». La caractéristique de la congrégation est de se rendre disponible au Pape pour des missions qu’il voudra lui confier. Elle compte aujourd’hui environ 17 000 membres, prêtres et frères, répartis à travers le monde.

Au Canada

Les jésuites, ou compagnons de Jésus, sont une communauté dynamique présente partout au Canada, et ce, depuis 1611 où quelques-uns arrivent comme missionnaires en Nouvelle-France.

De ces premières décennies, les jésuites et « Saints Martyrs canadiens », Jean de Brébeuf, Isaac Jogues et leurs compagnons, patrons secondaires du Canada, sont certainement les plus connus. Aux 19e et 20e siècles, les jésuites du Canada ont été connus pour leurs missions auprès des autochtones, leur rôle dans l’éducation, la presse, les centres spirituels, l’apostolat social.

Aujourd’hui, près de 250 jésuites sont présents en sol canadien, collaborant au coeur d’un réseau ecclésial et social qui touche à divers besoins de la société et de l’Église. Le vécu quotidien est marqué par le travail, les missions très variées, à la mesure de la diversité des vies de chaque membre, ad majorem Dei gloriam (« pour la plus grande gloire de Dieu »), qui est la devise des membres de la Compagnie de Jésus. Prêtres, frères, scolastiques ou novices, ils ont choisi de mettre leur vie sous l’étendard du Christ en servant leurs frères et soeurs. Faisant voeux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, ils vivent en communauté et sont envoyés pour la mission, ici comme ailleurs.

Depuis le 31 juillet 2018, il existe une seule et nouvelle province jésuite du Canada; les Québécois missionnaires ont rejoint la grande famille de missionnaires jésuites canadiens. La province réunit jésuites, collaborateurs et collaboratrices, oeuvres et projets sur les plans national et international, par un esprit d’unité, de liens plus forts, d’interdépendance qui marque notre époque. Dans ce nouveau paysage, Haïti conserve une place privilégiée. En même temps, le caractère international de la Compagnie de Jésus est mis en lumière.

Charisme

Le charisme originel est l’ouverture sur le monde, lequel s’exprime aujourd’hui encore, à l’heure de la mondialisation, en proposant les moyens de prendre position, d’affronter les risques pour aller à la rencontre de toute personne, particulièrement de celles qui sont exclues et marginalisées. Au service de l’Église, les jésuites promeuvent la vie chrétienne au travers de la transmission de la foi, de la formation spirituelle et de l’engagement en faveur de la justice sociale. Dès sa fondation, la Compagnie de Jésus se démarque par ce que nous appelons aujourd’hui « l’option préférentielle pour les pauvres ».

Mission ad gentes

La tradition missionnaire, constante au Québec depuis le 17e siècle, se maintient toujours en 2008, alors qu’une vingtaine de Canadiens continuent d’être présents comme missionnaires dans dix pays : six à Taiwan, quatre aux Philippines, un au Japon, un en Indonésie, un aux Indes, un en Thaïlande, un en Éthiopie, un au Sénégal, et trois au Brésil. A ce nombre, s’ajoutent les jésuites du territoire d’Haïti.

L’apostolat international des jésuites du Québec est toujours au coeur des préoccupations des quelques cent-soixante-quinze jésuites que compte aujourd’hui la Province jésuite du Canada français.

Le fondateur Saint Ignatius Loyola, en 1534, est un soldat espagnol grièvement blessé qui vit une profonde expérience religieuse pendant sa convalescence.

À l’origine, les jésuites poursuivent l’objectif des d’évangéliser les peuples non croyants. Les voyages en Amérique du Nord ont grandement été motivés dans le but de convertir les autochtones. Cette compagnie avait envoyé ses premiers missionnaires en Acadie dès 1611. La compagnie de Jésus fut marquante en Nouvelle-France, dû à ses nombreuses constructions dont le Collège de Québec en 1635, le premier en Amérique du Nord servant à enseigner aux futurs missionnaires. Au Canada, la Compagnie ne s’éteindra qu’en 1800 laissant dans l’histoire et le souvenir des Canadiens des traces profondes. La Compagnie de Jésus revient en terre canadienne en 1842.

Une grande partie des premières réalisations évangéliques des Jésuites consiste dans l’enseignement ainsi que dans la fondation de paroisses, de maisons d’enseignements et d’écoles secondaires partout au Canada. Le séminaire des Jésuites de Québec (Séminaire de Québec) est fondé en 1663. Cette institution est composée du Grand Séminaire, qui est voué à la formation des hommes pour la prêtrise ou les ministères évangéliques, et du Petit Séminaire (1668), créé à l’origine pour former les étudiants de la Nouvelle-France qui prévoient poursuivre leurs études au séminaire. Le Collège des Jésuites devient par la suite l’Université Laval. En 1848, le Collège Loyola du Collège Sainte-Marie, à Montréal, est fondé en tant que programme d’enseignement de l’anglais de la Société des Jésuites. Le Collège Loyola devient une institution autonome en 1896.

De nos jours, la Société des Jésuites est l’ordre religieux le plus important de l’Église catholique romaine. En 2011, on compte 20 000 Jésuites de par le monde, dont environ 500 au Canada, répartis équitablement en deux régions juridiques. Les Jésuites du Canada appuient le travail évangélique des missions oeuvrant partout dans le monde.

En 2009, le centre des archives jésuites du Canada ouvre ses portes à Montréal. Ses archives consignent l’histoire des Jésuites au Canada depuis 1611. La devise des Jésuites est Ad Majorem Dei Gloriam , « Pour la plus grande gloire de Dieu ».

La mission des Jésuites

Inspirés par les écrits de leur fondateur (Exercices spirituels), les Jésuites se distinguent par leur obéissance indéfectible au pape et acquièrent rapidement la réputation d’éducateurs de l’Europe : ils n’enseignent pas seulement les fondements de la foi catholique, mais aussi des sujets aussi divers que les classiques latins et la danse.

Les Jésuites se donnent comme mission d’enseigner au peuple « le chemin du paradis » et ils se déclarent « prêts à mourir pour la gloire de Dieu et le salut des âmes ». En Nouvelle-France, ils poursuivent le but de ramener les âmes perdues vers la chrétienté et, pour ce faire, sont prêts à affronter nombre de malheurs, voire même à verser de leur sang. Cet objectif se concrétisera entre autres avec le sacrifice du p. Jean de Brébeuf et des sept autres « Saints martyrs canadiens ».

La Compagnie de Jésus est présente – à travers 84 « provinces », 5 « régions indépendantes » et 10 « régions dépendantes »38 – dans 112 pays et sur tous les continents39. Avec ses 16 986 membres – dont 12 107 prêtres, 1 331 frères, 2 842 scolastiques et 706 novices – en 2013, c’est numériquement le plus important ordre religieux masculin pleinement intégré et le deuxième effectif religieux masculin au sein de l’Église catholique, juste derrière l’ensemble divisé des branches franciscaines, et devant les salésiens.

Comme pour la plupart des ordres religieux catholiques, leur nombre est en diminution : les jésuites étaient 36 000 en 1966 et encore 30 000 en 1973, 25 724 en 1984, 23 179 en 1994 et 20 170 en 2004. En perte de vitesse en Europe, ils sont maintenant majoritairement répartis en Asie (3 800 en Inde), en Amérique latine et en Afrique. La Compagnie est également confrontée à la concurrence d’instituts religieux plus récents.

L’éducation demeure la principale activité des jésuites dont le nombre de missionnaires – 30 % de la Compagnie -, particulièrement en Asie et en Afrique, dépasse celui de tout autre ordre religieux, faisant des jésuites le premier ordre missionnaire mondial.

En savoir plus...

Le fondateur Saint Ignatius Loyola, en 1534, est un soldat espagnol grièvement blessé qui vit une profonde expérience religieuse pendant sa convalescence.

À l’origine, les jésuites poursuivent l’objectif des d’évangéliser les peuples non croyants. Les voyages en Amérique du Nord ont grandement été motivés dans le but de convertir les autochtones. Cette compagnie avait envoyé ses premiers missionnaires en Acadie dès 1611. La compagnie de Jésus fut marquante en Nouvelle-France, dû à ses nombreuses constructions dont le Collège de Québec en 1635, le premier en Amérique du Nord servant à enseigner aux futurs missionnaires. Au Canada, la Compagnie ne s’éteindra qu’en 1800 laissant dans l’histoire et le souvenir des Canadiens des traces profondes. La Compagnie de Jésus revient en terre canadienne en 1842.

Une grande partie des premières réalisations évangéliques des Jésuites consiste dans l’enseignement ainsi que dans la fondation de paroisses, de maisons d’enseignements et d’écoles secondaires partout au Canada. Le séminaire des Jésuites de Québec (Séminaire de Québec) est fondé en 1663. Cette institution est composée du Grand Séminaire, qui est voué à la formation des hommes pour la prêtrise ou les ministères évangéliques, et du Petit Séminaire (1668), créé à l’origine pour former les étudiants de la Nouvelle-France qui prévoient poursuivre leurs études au séminaire. Le Collège des Jésuites devient par la suite l’Université Laval. En 1848, le Collège Loyola du Collège Sainte-Marie, à Montréal, est fondé en tant que programme d’enseignement de l’anglais de la Société des Jésuites. Le Collège Loyola devient une institution autonome en 1896.

De nos jours, la Société des Jésuites est l’ordre religieux le plus important de l’Église catholique romaine. En 2011, on compte 20 000 Jésuites de par le monde, dont environ 500 au Canada, répartis équitablement en deux régions juridiques. Les Jésuites du Canada appuient le travail évangélique des missions oeuvrant partout dans le monde.

En 2009, le centre des archives jésuites du Canada ouvre ses portes à Montréal. Ses archives consignent l’histoire des Jésuites au Canada depuis 1611. La devise des Jésuites est Ad Majorem Dei Gloriam , « Pour la plus grande gloire de Dieu ».

La mission des Jésuites

Inspirés par les écrits de leur fondateur (Exercices spirituels), les Jésuites se distinguent par leur obéissance indéfectible au pape et acquièrent rapidement la réputation d’éducateurs de l’Europe : ils n’enseignent pas seulement les fondements de la foi catholique, mais aussi des sujets aussi divers que les classiques latins et la danse.

Les Jésuites se donnent comme mission d’enseigner au peuple « le chemin du paradis » et ils se déclarent « prêts à mourir pour la gloire de Dieu et le salut des âmes ». En Nouvelle-France, ils poursuivent le but de ramener les âmes perdues vers la chrétienté et, pour ce faire, sont prêts à affronter nombre de malheurs, voire même à verser de leur sang. Cet objectif se concrétisera entre autres avec le sacrifice du p. Jean de Brébeuf et des sept autres « Saints martyrs canadiens ».

La Compagnie de Jésus est présente – à travers 84 « provinces », 5 « régions indépendantes » et 10 « régions dépendantes »38 – dans 112 pays et sur tous les continents39. Avec ses 16 986 membres – dont 12 107 prêtres, 1 331 frères, 2 842 scolastiques et 706 novices – en 2013, c’est numériquement le plus important ordre religieux masculin pleinement intégré et le deuxième effectif religieux masculin au sein de l’Église catholique, juste derrière l’ensemble divisé des branches franciscaines, et devant les salésiens.

Comme pour la plupart des ordres religieux catholiques, leur nombre est en diminution : les jésuites étaient 36 000 en 1966 et encore 30 000 en 1973, 25 724 en 1984, 23 179 en 1994 et 20 170 en 2004. En perte de vitesse en Europe, ils sont maintenant majoritairement répartis en Asie (3 800 en Inde), en Amérique latine et en Afrique. La Compagnie est également confrontée à la concurrence d’instituts religieux plus récents.

L’éducation demeure la principale activité des jésuites dont le nombre de missionnaires – 30 % de la Compagnie -, particulièrement en Asie et en Afrique, dépasse celui de tout autre ordre religieux, faisant des jésuites le premier ordre missionnaire mondial.